Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

génosociogramme 2 « Tout ce qui ne parvient pas à la conscience revient sous forme de destin. » (Carl Jung)

 

 

     Pourquoi s'intéresser au passé ? Parce que nous y sommes toujours, dans notre passé, sans nous en rendre compte ! Tant que nous ne le revisitons pas, nous sommes condamnés à le ressasser sans cesse, le reproduire sans fin à l'identique ! Anne Ancelin Schützenberger a développé une théorie dans les années 1970 selon laquelle les événements, traumatismes, secrets, conflits vécus par nos ascendants conditionneraient nos troubles psychologiques, nos maladies, et nos comportements inexplicables : la psychogénéalogie.

 

     Comme nous héritons des caractères héréditaires physiques, nous héritons des croyances de nos ancêtres. Tout ce qu'ils ont bien ou mal vécu, ils nous le transmettent inconsciemment. Les programmes psychologiques vécus par nos aïeux deviennent nos programmes biologiques. C'est une solution de survie décalée dans le temps ! L'humanité fonctionne ainsi. Il suffit de se rappeler qu'il a fallu deux guerres mondiales et des milliers de morts pour inventer la SDN puis l'ONU. De la même manière, après les attentats du 11 septembre 2001, des policiers ont été placés dans les aéroports !

 

     Quand ces valises sont trop lourdes à porter, nous pouvons prendre conscience qu'elles ne nous appartiennent pas et les déposer pour enfin vivre notre vie Nous pouvons  déprogrammer ce que nous avons l'impression de subir dans notre vie en recherchant les conflits déclenchants dans notre vie (la goutte d'eau qui fait déborder le vase), ainsi que les conflits programmants qualques mois avant notre naissance et dans la généalogie.

 

     C'est pourquoi je vous demande quelquefois de dessiner votre arbre généalogique sur 4 générations (selon le modèle ci-dessus). Chaque information aura son importance, de même que chaque inconnue et chaque erreur ! Ainsi pensez à y mentionner :


* date de naissance + date de conception

* nom de famille  

* tous les prénoms  

* dates de mariage, divorce, séparation  

* avortement, fausse couche  

* nom et date du diagnostic de la maladie, rechutes, hospitalisation, traitement et ses effets  

* type et date d’événements importants (guerre, accident, dispute…)  

* métier, reconversion et sa date  

* liens entre les individus (attirance, répulsion…)  

* lieux d’habitation  

* zones d’ombres : secrets, morts inexpliquées, vices…

* numéroter les fratries

 

Voici quelques exemples personnels pour illustrer cette géniale logique :


* Je m’appelle Emilie et j’hérite des programmes des Emilie, Emilienne et Emile de ma généalogie, pas moins de 5 personnes que je viens remplacer !  Que vient me raconter ce prénom ? C’est un prénom masculin féminisé, d’où le désir conscient ou inconscient de mes parents d’avoir un fils plutôt qu’une fille, et donc une certaine déception que je ressentirai à plusieurs reprises dans ma vie. Mes règles viendront me le rappeler également, d'abord par leur absence, pour ne pas affirmer ma féminité, et ensuite par les douleurs insupportables, qui exprimeront bien le rapport douloureux à la féminité. 

* Je suis née avec le cordon ombilical autour du cou, en mémoire de deux femmes qui se sont pendues dans ma généalogie. Avant d'en prendre conscience, j'ai toujours souffert depuis mon enfance d'angines à répétition et de nombreux problèmes de gorge !

* Depuis le CP je suis « allergique » aux chiffres ; je n’ai récolté que des mauvaises notes en maths, contrairement aux autres matières. Et pourtant en m'intéressant à mon arbre je découvre que je descends d'au moins quatre comptables ! Or il se trouve que l’un d’entre eux est décédé en se présentant à son examen d’expert-comptable. D’où la croyance qui m’a été transmise : que les maths c’est mortel ! De plus "mat" en langue sémitique signifie mort ! Depuis cette prise de conscience, j'aime tellement les chiffres que j'utilise la numérologie pour travailler vos thèmes en amont d'une séance !

* Enfin, nous avons un chien que nous sommes allés chercher à la SPA juste après un emménagement. C’est un petit chien noir et blanc et que nous avons prénommé Pixie et qui a peur de la séparation. Quelques années plus tard nous apprenons qu’un grand-père a dû donner à contre-coeur son chien à la SPA à cause d’un déménagement ; ça lui a fendu le cœur. Et tenez vous bien, ce chien était noir et blanc et s’appelait Sikie ! Inconsciemment nous sommes venus rechercher ce petit chien qui avait été abandonné !

 

     Je pourrais vous raconter bien d'autres anecdotes mais les plus parlantes seront celles qui vous concernent personnellement. En traçant votre arbre, vous découvrirez des schémas répétitifs transgénérationnels. A l'école de la vie, tant que nous ne comprenons pas, nous redoublons ! A l'inverse, ce qu'on libère, on ne le transmet pas aux générations suivantes.

 

    On n'efface pas la mémoire mais on peut la corriger en libérant l'émotion!

 

Partager cette page
Repost0